CapVille L'impression est resérvée aux visiteurs connectés, inscrivez-vous pour bénéficier de cette fonctionnalité.
  • Centre Commercial du Plateau de Haye, Nancy

  • Centre commercial Bois du Quesnoy, Hautmont

  • Centre commercial de l'Europe, Hérouville Saint-Clair

  • Centre commercial Carré Saint-Dominique, Nîmes

Recréer des espaces de rencontres et des services de proximité dans les communes rurales qui n’en ont plus, c’est l’objectif des 1000 cafés, initiative du GROUPE SOS.

 

Depuis le 12 septembre, le GROUPE SOS lance un appel à candidature ouvert aux Maires de communes de moins de 3 500 habitants, pour identifier des lieux propices à l'installation d'un multiservices.

 

 

Pour être retenue, la candidature doit être déposée par le/la Maire de la commune sur le site www.1000cafes.org. Seront éligibles les communes de moins de 3500 habitants dont le café est menacé de fermeture ou qui ne disposent plus de café mais d’un local adapté à cette activité.

 

En plus de proposer boissons et petite restauration, ces cafés pourront accueillir une gamme de services de proximité, par exemple un dépôt de pain, un point de vente de produits frais locaux, un relais poste, un point d'accès numérique, mais aussi un espace de travail partagé, une programmation événementielle, culturelle et citoyenne, ou encore un point d'information touristique. Une démarche de concertation sera menée pour recueillir les besoins des habitants.

A l'occasion de la 4ème édition des Rendez-vous de l'Artisanat, qui s'est tenue le vendredi 11 octobre 2019 à Chartres dans le cadre des Artisanales de Chartres, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, a dévoilé la "Stratégie nationale pour l'Artisanat et le Commerce de proximité".

Depuis le début du quinquennat, le Gouvernement accorde une attention particulière aux secteurs de l’artisanat et du commerce de proximité qui représentent une part importante de l’économie française, avec près de 2 millions d'entreprises.

 

 

Un certain nombre de mesures ont ainsi été adoptées ces deux dernières années pour faciliter le travail des artisans et des commerçants, et le développement de leur activité grâce aux ordonnances Travail de septembre 2017, ou encore grâce aux simplifications permises par la loi PACTE du 22 mai 2019.

Il s’agit désormais d’aller plus loin et la Stratégie nationale présentée aujourd’hui est destinée à poser le cadre d’un accompagnement novateur et durable de l’Etat au bénéfice des professionnels de l’artisanat et du commerce de proximité afin de s’adapter aux enjeux actuels, au premier rang desquels figurent les transitions numérique et écologique. L’objectif est également d’accélérer leur développement et de faire de l’administration un partenaire à leur service.

 

Cinq objectifs ont été définis :

Le Gouvernement a lancé, ce 11 juillet, un appel à manifestation d’intérêt pour soutenir la création de 300 Fabriques de territoires, dont 150 situées en quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Pour cet AMI annoncé le 17 juin dernier lors de la journée nationale "Nouveaux lieux, nouveaux liens", au total, 45 millions d’euros, sur trois ans, vont financer le fonctionnement de ces tiers-lieux dédiés à la création d’activité, à la formation et au numérique.

 

 

Afin d’accompagner les territoires dans les grandes transformations actuelles, le Gouvernement souhaite accélérer la création de tiers-lieux dans les territoires qui n’en sont pas dotés, aujourd’hui.

 

Tiers-lieux existants ou nouveaux projets, les Fabriques de territoires sont des têtes de réseau qui jouent un rôle central sur leur territoire :

  • lieu de ressources pour les porteurs de projets ;
  • lieu de travail, de formation et d’apprentissage ;
  • lieu de création et de culture ;
  • lieu d’inclusion numérique pour les populations éloignées de ces usages.

 

Ciblant les territoires qui en ont le plus besoin, le Gouvernement prévoit de soutenir 150 Fabriques de territoires situées en dehors des grands centres urbains et 150 dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Parmi ces dernières, 30 Fabriques numériques des territoires proposeront un accès aux services et un accompagnement spécifique pour les populations éloignées du numérique. Elles bénéficieront d’une aide supplémentaire de 100 000 euros par tiers-lieu.

Les 300 Fabriques de territoires sélectionnées seront financées à hauteur de 75 000 euros à 150 000 euros sur trois ans, à raison de 50 000 euros par en maximum, afin de soutenir leur lancement ou leur consolidation. Au total, l’État engage 45 millions d’euros pour accélérer la dynamique des tiers-lieux.

La dynamique d’examen et de validation des projets de renouvellement urbain s’est poursuivie au mois de septembre avec 11 quartiers supplémentaires qui viennent s’ajouter à la liste des territoires ayant vu les projets validés par l’ANRU et ses partenaires.

Le Comité d’Engagement national de l’ANRU a ainsi validé en septembre les projets de renouvellement urbain des communes ou agglomérations suivantes  : Mantes la jolie, Bron, Béziers, Sens, Beauvais et Drancy.  

 

Chacun de ces projets donnera lieu à une présentation locale dans les prochaines semaines.

 

Sur les 450 quartiers éligibles au Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU), 301 ont ainsi déjà vu leur projet de transformation examiné et validé. Soit autant de territoires sur lesquelles les chantiers ont ou vont commencer.

Impression bloquée

L'impression est resérvée aux membres connectés.